Lycée Louis Feuillade

Arts plastiques & Cinéma audiovisuel

Corps
Le "corps" fut pendant plus de 10 ans le grand axe de l'enseignement de spécialité en Terminale. Malgré son remplacement par celui de "l'oeuvre", le corps est toujours au coeur de nombreuses problématiques artistiques des élèves.
Tous les moyens d'expression sont concernés : peintures, installations, performances, photos, films, etc... Cette variété se retrouve sur le plan thématique : corps social, corps représenté, corps mutant, corps caméléon, corps hybride, corps morcelé, corps sculpté, corps empreinte, etc...
Projection
Projection
Des corps projetés sur des corps. Une démarche récurrente en arts plastiques avec l'apparition des matériels de projections en arts plastiques.
Ambiance étrange
Ambiance étrange dans une mise en scène trompeuse. Une approche singulière autour d'une thématique liée à la fragilité des images contemporaines.
Ici, une scène d'horreur ? Non, tout simplement un bain "bio" à la sauce tomate pour nourrir le corps.

Tout kitsch
En réponse à un travail proposé à la classe autour du "Kitsch", Sonia a composé ces images pleines d'humour et d'originalité.
Comme beaucoup d'élèves d'arts plastiques elle s'engage avec un large sourire dans des démarches inattendues.

%[if edit]%
ARCHETYPON SLIDER CLASSIC
Drop images or Slideshow Templates to the container below
%[endif]%
%[if edit]%
ARCHETYPON SLIDER CLASSIC
Drop images or Slideshow Templates to the container below
%[endif]%
« Je suis un autre ».
Adrien, se photographie en brouillant son apparence.
Cette expression répandue fut à la base de nombreux sujets d'arts plastiques pour les terminales. Pour Adrien, ce fut l'occasion de travailler sur la complexité des identités contemporaines.

Corps-Arbres
Pendant de nombreux mois les élèves de spécialité ont préparé une exposition singulière dans les arbres du lycée.
Le programme de terminale, lié au "corps" à cette époque, a été l'occasion pour les élèves de s'interroger sur le rapport du corps à la nature. La réflexion s'est peu à peu portée sur nos relations ancestrales avec les arbres.
Ces sculptures nous replongent dans nos racines lointaines. Volontairement composées de matériaux fragiles proches du bois et des feuillages, elles devaient peu à peu se dégrader par l’intervention de la pluie, du vent, du soleil, des oiseaux et des écureuils. Situées en hauteur, le plus haut possible, elles ont résisté de nombreux mois. Une tempête de septembre acheva brutalement l’exposition.

LOADING